Image avec texte

Les cotisations sociales en Algérie comme partout ailleurs, regroupent à la fois les charges patronales (employeur) et les charges salariales (employé). 

A l’heure actuelle, tous les salariés algériens répondent au régime de la sécurité sociale de par leurs contributions salariales. Celles-ci sont déduites de la rémunération mensuelle qu’ils perçoivent. Elles visent principalement à financer la retraite, le chômage, la maternité, l’assurance des accidents de travail, l’invalidité et les prestations familiales. 

Les caisses chargées de la gestion des cotisations sociales : 

Nous retrouvons tout d’abord la Caisse Nationale d’Assurance Maladie (CNAS). Cette entité a pour principale fonction la gestion des maladies professionnelles, la maternité, les maladies et accidents de travail ainsi que les décès. Aussi, la CNAS est chargée de la gestion des prestations dites aussi “allocations familiales” pour le compte de l’Etat. 

Ensuite, la Caisse Nationale des Allocations de Chômage (CNAC). Cet organisme s’occupe des indemnisations de chômage destinées aux salariés ayant perdu leur travail pour des motifs économiques. 

La Caisse Nationale des retraites quant à elle est responsable de la gestion des pensions et allocations de retraites aux personnes retraitées et à leurs ayant-droit. 

A combien s’élève le taux des cotisations sociales ? 

Les salariés algériens ont à leur charge 9% de cotisations débitées de leur salaire mensuel. Pour vous donner plus détails, voici un tableau explicatif : 

Assurances socialesRetraiteAssurance chômage 
Retraite anticipée
1,5 %6,750,50,25

En ce qui concerne les charges patronales, elles représentent 25% des revenus. 

Assurances socialesAccident et maladies de travailRetraiteAssurance chômage 
Retraite anticipée
12,5 %1,25% 10%1%0,25

Qu’en est-il des cotisations propres aux travailleurs non salariés ? 

Ceux-là sont dans l’obligation de s’affilier à la Caisse Nationale des travailleurs non salariés afin de bénéficier d’un remboursement en cas de maladie, maternité, décès et invalidité de travail. Le taux de cotisation s’élève à 15% du revenu annuel. 

Rejoignez notre newsletter pour bénéficier de l’actualité juridique au quotidien.