Le Président de la République Abdelmadjid Tebboune a instruit, à l’occasion de la réunion du Conseil des ministres tenue le dimanche 8 mars 2020, que l’Agence Nationale de Soutien à l’Emploi des Jeunes (ANSEJ) soit dorénavant placée sous la tutelle du ministère de la Micro-entreprise, des Startup et de l’Économie de la connaissance. 

En effet, L’ANSEJ était jusqu’ici rattachée au ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale. Le Président de la République a instruit le changement de tutelle de l’ANSEJ pour des raisons économiques non détaillées.

L’ANSEJ en quelques mots 

L’Agence Nationale de Soutien à l’Emploi des Jeunes (ANSEJ) a été créée en 1996. C’est un organisme public à caractère spécifique doté de la personnalité morale et de l’autonomie financière. Elle était traditionnellement placée sous la tutelle du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale.

L’objectif de l’agence est d’accompagner les porteurs de projets pour la création et l’extension des micro-entreprises de production de biens et de services. Elle gère un fonds de crédits accordant des prêts à taux d’intérêt nul complémentaires de prêts bancaires.

L’ANSEJ couvre l’ensemble du territoire national. 51 antennes sont implantées dans les wilayas du pays ainsi que des annexes situées dans les grandes localités.  

Ses missions sont de :

  • Soutenir, conseiller et accompagner les jeunes promoteurs à la création d’activités.
  • Mettre à la disposition des entrepreneurs toute information économique, technique, législative et réglementaire relative à leurs activités.
  • Développer des relations avec les différents partenaires du dispositif (banques, impôts, CNAS et CASNOS, etc.).
  • Développer un partenariat intersectoriel pour l’identification des opportunités d’investissement dans divers secteurs.
  • Assurer une formation sur la technique de gestion de la micro-entreprise au profit des entrepreneurs.
  • Encourager toute autre forme d’actions et de mesures pour la promotion de la création et l’extension d’activité.

Les critiques de l’ANSEJ

L’ANSEJ a fait l’objet de vives critiques. Celles-ci se concentrent essentiellement sur sa mauvaise gestion.

En effet, il est régulièrement avancé par de nombreux acteurs que ce dispositif n’a pas su accompagner au mieux les porteurs de projets dans la mesure où les préalables nécessaires à la création d’entreprise n’ont pas été assez mis en avant. Par conséquent, les chances de réussite des projets ont été assez minces. 

La mauvaise foi de certains entrepreneurs qui ont joui du dispositif sans réelle volonté d’entreprendre est également pointée du doigt. Plusieurs milliers de chefs de micro-entreprises ont d’ailleurs été poursuivis en justice.

Une meilleure gestion de ce dispositif fera très certainement fructifier l’écosystème des micro-entreprises. La décision du président Abdelmadjid Tebboune, de rattacher l’ANSEJ au ministère de la Micro-entreprise, des Startup et de l’Économie de la connaissance, devrait donc être accompagnée de mesures pour une meilleure gestion de ce dispositif.